[amazingslider id= »2″]

Maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer (MA) est un trouble neurologique d’origine inconnue qui se caractérise par une perte progressive de la mémoire et des comportements acquis. Les patients souffrant d’Alzheimer sont également susceptibles de souffrir de dépression, d’agitation et de perte d’appétit, entre autres symptômes. On estime que plus de 4,5 millions d’Américains sont atteints de la maladie. Il n’existe pas de traitements ou de médicaments approuvés pouvant arrêter la progression de la MA, et peu de produits pharmaceutiques ont été approuvés par la FDA pour traiter les symptômes de la maladie.

Des données précliniques montrent le potentiel des cannabinoïdes pour ralentir la progression de la maladie, alors que les données cliniques démontrent que ces composés peuvent procurer un soulagement des symptômes.

Dans le numéro de février 2005 du Journal of Neuroscience, les chercheurs de l’Université Complutense et de l’Institut Cajal à Madrid en Espagne ont signalé que l’administration intra-cérébroventriculaire du cannabinoïde synthétique WIN 55,212-2 empêchait l’atteinte cognitive et diminuait la neurotoxicité chez des rats qui avaient reçu un peptide bêta-amyloïde (une protéine que l’on pense induit la maladie d’Alzheimer).

D’autres cannabinoïdes synthétiques ont également montré qu’ils diminuaient l’inflammation associée à la maladie d’Alzheimer dans des cultures de tissu cérébral humain. Les chercheurs ont conclu [1] : “Nos résultats indiquent que … les cannabinoïdes réussissent à empêcher le processus neurodégénératif qui se produit dans cette maladie”. Des études suivantes ont démontré que l’administration de cannabidiol (CBD), phytocannabinoïde non-psychoactif atténuait aussi la perte de mémoire chez le modèle-souris de la maladie.[2]

Les chercheurs de l’Institut de Recherche Scripps de Californie ont rapporté que le THC inhibe l’enzyme responsable de l’agrégation de la plaque amyloïde – le marqueur principal de la maladie d’Alzheimer – d’une manière « considérablement supérieure » aux médicaments approuvés contre l’Alzheimer, comme le donepezil et la tacrine. Les chercheurs ont conclu : “Nos résultats fournissent un mécanisme dans lequel la molécule de THC peut impacter directement la pathologie de la MA. Le THC ainsi que ses analogues peuvent fournir une option thérapeutique améliorée pour la maladie d’Alzheimer [en]… traitant simultanément les symptômes et la progression de la maladie.”[3] Des chercheurs de l’Institut Stalk ont rapporté en 2016 des constatations similaires suite à une série d’études exploratoires.[4]

L’administration simultanée de THC et d’agonistes synthétiques de cannabinoïdes ont montré qu’ils agissaient sur la perte de mémoire, dans des modèles-animaux. Par exemple, des chercheurs du département de Psychologie et de Neurosciences de l’Université d’État de l’Ohio ont rapporté que des rats plus âgés à qui ils avaient administré des doses quotidiennes de WIN 55,212-2 durant 3 semaines réussissaient considérablement mieux un test de mémoire dans un labyrinthe aquatique que les rats-contrôles non-traités.

Écrivant dans le journal Neuroscience, ces scientifiques ont rapporté que les rats traités avec le composé avaient, en comparaison avec le groupe de contrôle, une mémoire améliorée de 50% et une réduction de l’inflammation de 40 à 50%.[5] Des chercheurs israéliens ont rapporté en 2017 que l’administration de THC pouvait inverser les déficiences mémorielles liés à l’âge chez les rats, et que cela pourrait offrir une option de traitement chez les patients souffrant de démence ou d’autres maladies neurodégénératives.[6] 

Des études précliniques antérieures ont démontré que les cannabinoïdes peuvent prévenir la mort de cellules neuronales.[7] Certains experts pensent que les propriétés neuroprotectrices des cannabinoïdes pourraient aussi jouer un rôle de modérateur de la MA.[8] Les chercheurs de l’Institut de Neuroscience du Trinity Collège en Irlande concluaient, dans la revue British Journal of Pharmacology, Les cannabinoïdes offrent un approche multiforme pour le traitement de la maladie d’Alzheimer en fournissant de la neuroprotection et en réduisant l’inflammation, tout en soutenant simultanément les mécanismes réparateurs intrinsèques au cerveau, en augmentant l’expression de la neurotrophine et en renforçant la neurogenèse. … La manipulation des trajectoires cannabinoïdes offre une approche pharmacologique pour le traitement de la MA qui semble plus efficace que les schémas thérapeutiques actuels.”[9]

Des essais cliniques indiquent que la thérapie aux cannabinoïdes peut atténuer certains symptômes de la MA. Par exemple, des chercheurs de la Charite Universitatmedizin de Berlin, Département de Psychiatrie et de Psychothérapie, ont rapporté que l’administration quotidienne de 2.5mg de THC synthétique sur une période de deux semaines avait réduit l’activité motrice et l’agitation nocturne de patients souffrant de MA lors d’une étude-pilote ouverte.[10]

Les données cliniques présentées lors de l’assemblée annuelle 2003 de l’Association Psychogériatrique Internationale avaient auparavant rapporté que l’administration orale de jusqu’à 10mg de THC synthétique, lors d’une étude clinique ouverte, réduisait l’agitation et stimulait la prise de poids chez les patients souffrant d’Alzheimer à un stade avancé.[11] Une prise de poids accrue et une diminutions des pensées négatives parmi les patients MA ayant reçu des cannabinoïdes avaient déjà été reportés par des chercheurs dans le International Journal of Geriatric Psychiatry de 1997.[12]

Plus récemment, des chercheurs israéliens ont évalué la sûreté et l’efficacité d’une préparation huileuse infusée au THC sur des patients souffrant de MA, avec un essai de quatre semaines. Les participants ont fait l’expérience d’une diminution des incidences des idées délirantes, de l’agitation, de l’irritabilité et de l’apathie suite à ce traitement. La qualité de leur sommeil s’est aussi améliorée. « L’ajout du cannabis médical à la pharmacothérapie des patients MA est une option de traitement sûr et prometteuse », ont conclu les chercheurs.[13]

Bibliographie / Références

[1] Ramirez et al. 2005. Prevention of Alzheimer’s disease pathology by cannabinoids. The Journal of Neuroscience 25: 1904‐1913. (Prévention de la pathologie de la maladie d’Alzheimer par les cannabinoides)

[2] Israel National News, 16 décembre 2010. ʺIsraeli research shows cannabidiol may slow Alzheimer’s diseaseʺ (ʺUne recherche israélienne démontre que le cannabidiol pourrait ralentir [la progression de] la maladie d’Alzheimerʺ).

[3] Eubanks et al. 2006. A molecular link between the active component of marijuana and Alzheimer’s disease pathology. Molecular Pharmaceutics 3: 773‐777. (Un lien moléculaire entre le composé actif du cannabis et la pathologie de la maladie d’Alzheimer)

[4] Salk News. June 27, 2016. « Cannabinoids remove plaque-forming Alzheimer’s proteins from brain cells » (Les cannabinoïdes éliminent les protéines formant des plaques des cellules cérébrales)

[5] Marchalant et al. 2007. Anti-inflammatory property of the cannabinoid agonist WIN-55212-2 in a rodent model of chronic brain inflammation. Neuroscience 144: 1516‐1522. (Propriétés anti‐inflammatoires du cannabinoïde agoniste  WIN‐55212‐2 dans un modèle murin d’inflammation cérébrale chronique)

[6] Science Daily. May 8, 2017. « Cannabis reverses aging process in the brain, study suggests. » (Une étude suggère que le cannabis inverse le processus de vieillissement du cerveau)

[7] Hampson et al. 1998. Cannabidiol and delta-9-tetrahydrocannabinol are neuroprotective antioxidants. Proceedings of the National Academy of Sciences95: 8268‐8273. 
(Le cannabidiol et le delta‐9‐tetrahydrocannabinol sont des antioxydants neuroprotecteurs)

[8] Science News. June 11, 1998. ʺMarijuana chemical tapped to fight strokes 
(ʺUn composé du cannabis exploité afin de combattre les AVCʺ)

[9] Campbell and Gowran. 2007. Alzheimer’s disease; taking the edge off with cannabinoids? British Journal of Pharmacology 152: 655‐662. (Maladie d’Alzheimer; l’atténuer avec des cannabinoïdes?)

[10] Walther et al. 2006. Delta-9-tetrahydrocannabinol for nighttime agitation in severe dementia. Psychopharmacology 185: 524‐528. 
(Le delta‐9‐tetrahydrocannabinol contre l’agitation nocturne dans les démences sévères)

[11] BBC News. August 21, 2003. Cannabis lifts Alzheimer’s appetite.ʺ (ʺLe cannabis augmente l’appétit chez les patients Alzheimerʺ)

[12] Volicer et al. 1997. Effects of dronabinol on anorexia and disturbed behavior in patients with Alzheimer’s disease. International Journal of Geriatric Psychiatry 12: 913‐919. (Effets du dronabinol sur l’anorexie et les troubles du comportement chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer)

[13] Shelef et al. 2016. Safety and efficacy of medical cannabis oil for behavioral and psychological symptom of dementia: An open label, add-on, pilot study. Journal of Alzheimers Disease 51: 15-19.(La sûreté et l’efficacité de l’huile de cannabis sur les symptômes comportementaux et psychosociaux de la démence: une étude pilote ouverte complémentaire)

source: https://www.norml.fr/sante-prevention-rdr/portail-professionnels-de-sante/etudes-cliniques-et-precliniques/Alzheimer

Partage le savoir
error: Content is protected !!