Migraine

La migraine est un syndrome de mal de tête récurrent qui, sans traitement, peut durer jusqu’à 72 heures. Environ 14 % des Américains, surtout les femmes, souffrent de migraines. Les effets de la migraine incluent une douleur inter-crânienne pulsante, nausées, sensibilité à la lumière, vertiges, difficultés d’élocution et confusion, parmi d’autres symptômes.

Le système cannabinoïde endogène semble jouer un rôle significatif dans la physiopathologie de la migraine [1-3] et plusieurs études ont identifié des différences dans la production d’endocannabinoïdes chez les patients migraineux, comparés au groupe de contrôle [4-7].

Le cannabis possède une longue histoire d’usage dans le traitement de la migraine [8]. La littérature spécialisée [9-10] et de case reports [11-12] suggèrent que le cannabis est efficace pour à la fois le traitement et la prévention des maux de tête. Parmi les patients à qui l’on a recommandé du cannabis médical, au moins deux tiers d’entre eux a rapporté une diminution de leur usage de médicaments conventionnels pour traiter leur migraine [13-14]. Toutefois, d’autres rapportent de manière anecdotique n’avoir pas constaté de soulagement avec le cannabis.[15]

Une évaluation rétrospective portant sur 121 adultes avec un premier diagnostique de migraine a reporté, « La fréquence des maux de tête causés par la migraine a diminué de 10.4 à 4.6 maux de têtes par mois avec l’usage de cannabis médical. » De nombreux patients rapportent que l’inhalation de cannabis interrompt le déclenchement d’une migraine.[16] Des données d’essai clinique présentées en 2017 au 3ème Congrès de l’European Academy of Neurology a rapporté que l’administration quotidienne d’extraits de cannabis provoquait une diminution de 40 % de la fréquence des migraines chez une cohorte de 79 patients souffrant de migraine chronique [17].

Bien que les données cliniques demeurent à ce jour insuffisantes pour démontrer définitivement l’efficacité du cannabis ou des cannabinoïdes dans le traitement des migraines « il existe suffisamment de résultats empiriques et préliminaires, ainsi que des mécanismes neurobiologiques plausibles » pour légitimer des études plus poussées, et « il apparaît probable que le cannabis émergera comme un traitement potentiel pour certains migraineux » [18].

Bibliographie / Références

[1] Ethan Russo. 2016. Clinical endocannbinoid deficiency reconsidered: Current research supports the theory in migraine, fibromyalgia, irritable bowel, and other treatment-resistent syndromes. Cannabis and Cannabinoid Research 1: 154-165.

[2] Ethan Russo. 2004. Clinical endocannabinoid deficiency (CECD): Can this concept explain therapeutic benefits of cannabis in migraine, fibromyalgia, irritable bowel syndrome and other treatment-resistant conditions? Neuroendocrinology Letters 25: 31-39.

[3] Greco et al. 2010. The endocannabinoid system and migraine. Experimental Neurology 224: 85-91.

[4] Cupini et al. 2003. Abnormal degradation of endocannabinoids in migrainous women. Cephalalgia 23: 684.

[5] Sarchielli et al. 2007. Endocannabinoids in chronic migraine: CSF findings suggest a system failure. Neuropsychopharmacology 32:1384–1390.

[6] Cupini et al. 2008. Degradation of endocannabinoids in chronic migraine and medication overuse headache. Neurobiology of Diseases 30: 186–189.

[7] Rossi et al. 2008. Endocannabinoids in platelets of chronic migraine patients and medication-overuse headache patients: relation with serotonin levels. European Journal of Clinical Pharmacology 64: 1-8.

[8] Ethan Russo. 2001. Hemp for headache: an in-depth historical and scientific review of cannabis in migraine treatment. Journal of Cannabis Therapeutics 1:2 1–92.

[9] E. Baron. 2015. Comprehensive review of medicinal marijuana, cannabinoids, and therapeutic implications in medicine and headache. Headache 55: 885-916.

[10] Lochte et al. 2017. The use of cannabis for headache disorders. Cannabis and Cannabinoid Research 2 [open access journal].

[11] Ibid

[12] Robbins et al. 2009. Cluster attacks responsive to recreational cannabis and dronabinol. Headache 49: 914-916.

[13] Piper et al. 2017. Substitution of medical cannabis for pharmaceutical agents for pain, anxiety, and sleep. Journal of Psychopharmacology 31: 569-575.

[14] Sexton et al. 2017. A cross-sectional survey of medical cannabis users: Patterns of use and perceived efficacy. Cannabis and Cannabinoid Research 1: 131-138.

[15] Andersson et al. 2017. Psychoactive substances as a last resort – a qualitative study of self-treatment of migraine and cluster headaches. Harm Reduction Journal 14: 60.

[16] Rhyne et al 2016. Effects of medical marijuana on migraine headache frequency in an adult population. Pharmacotherapy 36: 505-510.

[17] EAN Congress Press Office. « Cannabinoids suitable for migraine prevention. » June 24, 2017.

[18] Lochte et al. 2017. op. cit.

source https://www.norml.fr/sante-prevention-rdr/portail-professionnels-de-sante/etudes-cliniques-et-precliniques/#Migraine

Partage le savoir
error: Content is protected !!