Ostéoporose

L’ostéoporose est une maladie dégénérative du squelette caractérisée par une détérioration du tissu osseux. Les patients souffrant d’ostéoporose courent le risque de subir de multiples fractures et autres infirmités graves. Selon le US Surgeon General’s office (Bureau du Médecin-Général des États-Unis), approximativement 10 millions d’américains âgés de plus de 50 ans souffrent d’ostéoporose, et 34 millions d’autres risquent de développer la maladie.

Les premières références concernant le potentiel usage des cannabinoïdes pour la prévention de l’ostéoporose apparaissent dès 1990 dans la littérature scientifique [1]. Toutefois, à ce jour il n’y a eu aucun travail clinique pour enquêter sur l’utilisation de cannabis pour cette indication.

Les données précliniques indiquent que l’administration de cannabinoïdes freine le développement de l’ostéoporose, stimule la formation osseuse et réduit la perte osseuse chez des modèles animaux [2]. Une recherche de suivi, publiée dans les Annals of the New York Academy of Sciences rapporte que l’activation des récepteurs cannabinoïdes CB2 réduit les pertes osseuses induites expérimentalement et stimule la formation osseuse.[3] Les chercheurs ont également rapporté que des souris dont les récepteurs cannabinoïdes CB2 étaient déficients subissaient une perte osseuse liée à l’âge accélérée rappelant l’ostéoporose humaine [4]. Plus récemment, les chercheurs de la Hebrew University, département Bone Laboratory (laboratoire des os) ont évalué la capacité de l’administration de CBD à promouvoir le rétablissement de rats ayant des fractures du fémur. Les chercheurs ont rapporté « Le CBD a manifestement amélioré les propriétés biomécaniques dans la guérison du fémur après 8 semaines »[5]

En 2017, une étude de la population a rapporté « une association nulle » entre l’usage de cannabis et la densité osseuse, même parmi les sujets à risque.[6] 

Les scientifiques supposent que la principale implication physiologique du système endocannabinoïde est de maintenir « un équilibre dans le remodelage osseux, protégeant ainsi le squelette contre la perte osseuse liée à l’âge, » [7] amenant certains experts à penser que les cannabinoïdes pourraient être « une nouvelle cible prometteuse dans le développement de médicaments anti-ostéoporose « [8]

Bibliographie / Références

[1] Vratislav Schrieber. 1995. Endocrinology 1994-1995. Casopis Lekaru Ceskych (Czech Republic) 134: 535‐536.

[2] Ofek et al. 2006. Peripheral cannabinoid receptor, CB2, regulates bone mass. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 103: 696‐701. 
(Le récepteur cannabinoïde périphérique CB2 régule la masse osseuse)

[3] Itia Bab. 2007. Regulation of Skeletal Remodeling by the Endocannabinoid System. Annals of the New York Academy of Sciences 1116: 414‐422. (La régulation du remodelage osseux par le système endocannabinoïde)

[4] Ofek et al. 2006. op. cit.

[5] Kogan et al. 2015. Cannabidiol, a major non-psychotropic cannabis constituent enhances fracture healing and stimulates lysyl hydroxylase activity in osteoblasts. Journal of Bone and Mineral Research. In Print. (Le cannabidiol, un composant majeur et non-psychotrope du cannabis améliore la consolidation des fractures et stimule l’activité de l’hysyle hydroxylase des ostéoblastes)

[6] Bourne et al. 2017. Cannabis use and bone mineral density: NHANES 2007-2010. Archives of Osteoporosis 12: 29.

[7] Bab et al. 2009. Cannabinoids and the skeleton: from marijuana to reversal of bone loss. Annals of Medicine 41: 560‐567. (Le cannabis et le squelette: du cannabis à l’inversion de la perte osseuse)

[8] Itia Bab. 2007. op. cit.

source https://www.norml.fr/sante-prevention-rdr/portail-professionnels-de-sante/etudes-cliniques-et-precliniques/#Osteoporose

Partage le savoir
error: Content is protected !!