Sclérose en Plaques – SEP

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie dégénérative chronique du système nerveux central qui cause de l’inflammation, de la faiblesse musculaire et une perte de coordination motrice. Avec le temps, les patients ayant la SEP souffrent généralement d’invalidité permanente et, dans certains cas, la maladie peut être fatale. Selon la US National Multiple Sclerosis Society, environ 200 personnes sont diagnostiquées chaque semaine avec cette maladie qui frappe souvent la tranche des 20 – 40 ans.

Il y a pléthore de rapports cliniques et anecdotiques à propos de la capacité des cannabinoïdes à réduire les symptômes de la SEP, comme la douleur, la spasticité, la dépression, la fatigue et l’incontinence dans la littérature scientifique [1-14]. L’efficacité du cannabis est corroborée par des essais contrôlés par placebo. Des chercheurs de l’University of California de San Diego ont rapporté que l’inhalation de cannabis réduisait significativement les mesures objectives de l’intensité de la douleur et de la spasticité chez les patients souffrant de SEP et procuraient certains avantages sur les traitements actuellement prescrits [15]. Ces résultats furent ensuite publiés dans le Journal of the Canadian Medical Association. Les chercheurs ont conclu que « le cannabis fumé était supérieur au placebo pour la réduction des symptômes et de la douleur chez les patients souffrant de spasticité résistante aux traitements » [16]. Sans surprise, les patients atteints de SEP rapportent généralement se tourner vers la thérapie cannabique [17-19], avec une étude indiquant que presque un patient SEP sur deux utilisent la substance à des fins thérapeutiques.[20]

Des modèles pré-cliniques suggèrent que les cannabinoïdes pourraient aussi inhiber la progression de la SEP, en plus de gérer ses symptômes. Écrivant dans le journal Brain, des chercheurs de l’University College of London’s Institute of Neurology ont rapporté que l’administration de l’agoniste cannabinoïde synthétique WIN55,212-2 procurait une neuroprotection significative dans des modèles animaux de sclérose en plaques. Les chercheurs ont conclu que « Les résultats de cette étude sont importants car ils suggèrent qu’en plus de la gestion des symptômes, le cannabis pourrait aussi ralentir le processus neurodégénératif qui aboutit à une invalidité chronique dans la SEP ainsi que probablement d’autres maladies » [21]. Des chercheurs espagnols ont rapporté des résultats similaires, documentant le fait que « le traitement de souris EAE avec l’agoniste cannabinoïde WIN55,512-2 réduisait leur handicap neurologique et la progression de la maladie » [22]. Du CBD purifié a également démontré avoir des propriétés anti-apoptotiques contre les processus neurodégéneratifs qui sous-tendent de développement de la SEP dans les modèles animaux [23]. Des données cliniques rapportent que l’administration orale de THC pouvait stimuler les fonctions immunitaires des patients ayant la SEP, suggèrant le potentiel modificateur des cannabinoïdes sur les maladies inflammatoires » [24]. En 2016, les résultats d’un essai portant sur des enfants souffrant de SEP résistante aux traitements a également démontré que le dronabinol réduisait la spasticité chez la plupart des patients.[25]

Un nombre restreint d’essais contrôlés suggèrent qu’une thérapie au cannabis pourrait ralentir la progression clinique de la SLC chez l’humain [26]. Des données observationnelles provenant d’une vaste étude ouverte sur 167 patients atteints de SEP a constaté que l’usage d’extraits « entiers » de cannabis végétal soulageaient les symptômes de douleur, spasticité et incontinence vésicale pendant une longue durée de traitement (la durée moyenne de participation à l’étude était de 434 jours), sans que les sujets aient eu besoin d’augmenter leurs doses [27]. Les résultats d’une autre étude ouverte de prolongation, d’une durée de deux ans, ont aussi rapporté que l’administration d’extraits de cannabis était associée avec une réduction à long-terme des douleurs neuropathiques dans un échantillon de patients SEP. En moyenne, les patients de l’étude avaient besoin de moins de doses quotidiennes et rapportaient un abaissement de l’échelle moyenne de la douleur en rapport avec la durée totale du traitement [28]. Les chercheurs ont suggéré que ces résultats seraient peu probables chez des patients souffrant d’une maladie évolutive, sauf si le cannabis en stoppait la progression.

Dernièrement, les organismes de réglementation en matière de santé de nombreux pays – incluant le Canada, le Danemark, l’Allemagne, la Nouvelle-Zélande, l’Espagne et le Royaume-Uni – ont approuvé la prescription d’extraits de cannabis végétal pour traiter les symptômes de Sclérose en Plaques. Les données longitudinales montrent que l’usage quotidien de ces extraits sont généralement efficaces et bien tolérés chez les patients, incluant ceux ayant une SEP résistante aux traitements [29]. Dans certains cas, des patients non-répondants à ces extraits ont finalement montré des bénéfices thérapeutiques dus à l’usage de cannabis végétal « entier » [30].

Bibliographie / Références

[1] Kindred et al. 2017. Cannabis use in people with Parkinson’s disease and Multiple Sclerosis: A Web-based investigation. Complimentary Therapies in Medicine 33: 99-104.

[2] Farzaei et al. 2017. Efficacy and tolerability of phytomedicines in multiple sclerosis patients: A review. CNS Drugs 31: 867-889.

[3] Chong et al. 2006. Cannabis use in patients with multiple sclerosis. Multiple Sclerosis 12: 646‐651. 
(Usage de cannabis par des patients atteints de sclérose en plaques)

[4] Rog et al. 2005. Randomized, controlled trial of cannabis-based medicine in central pain in multiple sclerosis. Neurology 65: 812‐819. (Essai randomisé contrôlé de médicament à base de cannabis contre la douleur centrale de la sclérose en plaques)

[5] Wade et al. 2004. Do cannabis-based medicinal extracts have general or specific effects on symptoms in multiple sclerosis? A double-blind, randomized, placebo-controlled study on 160 patients. Multiple Sclerosis 10: 434‐441. 
(Les extraits médicinaux de cannabis ont-ils des effets généraux ou spécifiques sur la sclérose en plaques? Une étude randomisée et contrôlée en double aveugle contre placebo sur 160 patients)

[6] Brady et al. 2004. An open-label pilot study of cannabis-based extracts for bladder dysfunction in advanced multiple sclerosis. Multiple Sclerosis 10: 425‐433. (Étude-pilote ouverte pour des extraits issus du cannabis contre les dysfonctions de la vessie lors de sclérose en plaques)

[7] Vaney et al. 2004. Efficacy, safety and tolerability of an orally administered cannabis extract in the treatment of spasticity in patients with multiple sclerosis: a randomized, double-blind, placebo-controlled, crossover study. Multiple Sclerosis 10: 417‐424. (Efficacité, sûreté et tolérance d’un extrait de cannabis administré oralement dans le traitement de la spasticité chez des patients souffrant de sclérose en plaques: une étude croisée, contrôlée en double-aveugle contre placebo)

[8] Zajicek et al. 2003. Cannabinoids for treatment of spasticity and other symptoms related to multiple sclerosis: multicentre randomized placebo-controlled trial. The Lancet 362: 1517‐1526. 
(des cannabinoïdes dans le traitement de la spasticité et autres symptômes liés à la sclérose en plaques: Essai multicentrique randomisé et contrôlé contre placebo)

[9] Page et al. 2003. Cannabis use as described by people with multiple sclerosis [PDF]. Canadian Journal of Neurological Sciences 30: 201‐205. (Description de l’utilisation de cannabis par des personnes souffrant de sclérose en plaques)

[10] Wade et al. 2003. A preliminary controlled study to determine whether whole-plant cannabis extracts can improve intractable neurogenic symptoms. Clinical Rehabilitation 17: 21‐29. 
(Une étude préliminaire contrôlée pour déterminer si les extraits de cannabis végétal peuvent améliorer les symptômes neurogènes résistants aux traitements).

[11] Consroe et al. 1997. The perceived effects of smoked cannabis on patients with multiple sclerosis. European Journal of Neurology 38: 44‐48. (Perception des effets du cannabis fumé sur des patients atteints de sclérose en plaques)

[12] Meinck et al. 1989. Effects of cannabinoids on spasticity and ataxia in multiple sclerosis. Journal of Neurology 236: 120‐122. 
(Effets des cannabinoïdes sur la spasticité et l’ataxie associées à la sclérose en plaques)

[13] Ungerleider et al. 1987. Delta-9-THC in the treatment of spasticity associated with multiple sclerosis. Advances in Alcohol and Substance Abuse 7: 39‐50. (Le delta‐9‐THC dans le traitement de la spasticité associée à la sclérose en plaques)

[14] Denis Petro. 1980. Marijuana as a therapeutic agent for muscle spasm or spasticity. Psychosomatics 21: 81‐85. 
(Le cannabis est un agent thérapeutique pour les spasmes musculaires ou la spasticité)

[15] Jody Corey‐Bloom. 2010. Short-term effects of cannabis therapy on spasticity in multiple sclerosis. In: University of San Diego Health Sciences, Center for Medicinal Cannabis Research. Report to the Legislature and Governor of the State of California presenting findings pursuant to SB847 which created the CMCR and provided state funding. 
(Effets à court-terme de la thérapie au cannabis sur la spasticité dans la sclérose en plaques. Lieu: Université de San Diego, Sciences de la Santé, Centre pour la recherche en Cannabis Médicinal. Rapport à destination des législateurs et du Gouverneur de l’État de Californie)

[16] Corey-Bloom et al. 2012. Smoked cannabis for spasticity in multiple sclerosis: a randomized, placebo-controlled trial. CMAJ 10: 1143-1150.

[17] Clark et al. 2004. Patterns of cannabis use among patients with multiple sclerosis. Neurology 62: 2098‐2010. (Schémas d’utilisation du cannabis par des patients atteints de sclérose en plaques)

[18] Rudroff and Honce. 2017. Cannabis and multiple sclerosis: The way forward. Frontiers in Neurology 8: 299.

[19] Banwell et al. 2016. Attitudes to cannabis and patterns of use among Canadians with multiple sclerosis. Multiple Sclerosis and Related Disorders 10: 123-126.

[20] Reuters News Wire. August 19, 2002. ʺMarijuana helps MS patients alleviate pain, spasms.ʺ 
(“Le cannabis aide les patients à soulager la douleur et les spasmes”)

[21] Pryce et al. 2003. Cannabinoids inhibit neurodegeneration in models of multiple sclerosis. Brain 126: 2191‐2202.
(Les cannabinoïdes inhibent la neurodégénérescence dans des modèles de sclérose en plaques)

[22] de Lago et al. 2012. Cannabinoids ameliorate disease progression in a model of multiple sclerosis in mice, acting preferentially through CB(1) receptor-mediated anti-inflammatory effects. Neuropharmacology [E‐pub ahead of print] (Les cannabinoïdes améliorent la progression de la maladie dans un modèle de sclérose en plaques de souris, en agissant de manière préférentielle sur les effets anti-inlammatoires modulés par les récepteurs CB1)

[23] Giacoppo et al. 2015. Purified cannabidiol, the main non-psychotropic component of Cannabis sativa, alone, counteracts neuronal apoptosis in experimental multiple sclerosis. European Review for Medical and Pharmacological Sciences 19: 4906-4919.

[24] Killestein et al. 2003. Immunomodulatory effects of orally administered cannabinoids in multiple sclerosis. Journal of Neuroimmunology 137: 140‐143. (Effets immunomodulateurs de cannabinoïdes administrés oralement lors de sclérose en plaques)

[25] Kuhlen et al. 2016. Effective treatment of spasticity using dronabinol in pediatric palliative care. European Journal of Pediatric Neurology 20: 898-903.

[26] Pryce et al. 2015. Neuroprotection in experimental autoimmune encephalomyelitis and progressive multiple sclerosis by cannabis-based cannabinoids. Journal of Neuroimmune Pharmacology 10: 281-292.

[27]Wade et al. 2006.Long-term use of a cannabis-based medicine in the treatment of spasticity and other symptoms of multiple sclerosis. Multiple Sclerosis 12: 639‐645. 
(Usage prolongé d’un médicament à base de cannabis dans le traitement de la spasticité et d’autres symptômes de la sclérose en plaques)

[28] Rog et al. 2007. Oromucosal delta-9-tetrahydrocannabinol/cannabidiol for neuropathic pain associated with multiple sclerosis: an uncontrolled, open-label, 2-year extension trial. Clinical Therapeutics 29: 2068‐2079. (Du delta‐9‐tétrahydrocannabinol/cannabidiol par voie oro-muqueuse contre la douleur neuropathique associée à la sclérose en plaques: Un essai ouvert non contrôlé prolongé de deux ans)

[29] M. Trojano. 2016. THC:CBD observational study data: Evolution of resistant MS spasticity and associated symptoms. European Neurology 75: 4-8.

[30] Secca et al. 2016. The use of medical-grade cannabis in patients non-responders to nabiximols. Journal of Neurological Sciences 15: 349-351.

source : https://www.norml.fr/sante-prevention-rdr/portail-professionnels-de-sante/etudes-cliniques-et-precliniques/#SEP

Partage le savoir
error: Content is protected !!