Troubles gastro-intestinaux

Les troubles gastro-intestinaux (TGI), qui comprennent les maladies du transit intestinal telles que le syndrome du côlon irritable (colopathie fonctionnelle) et les maladies inflammatoires de l’intestin comme la maladie de Crohn (MC) et la rectocolite hémorragique (RCH), affectent des millions de français, dont une majorité de femmes. Bien que quelques TGI peuvent être maîtrisés par un régime et des médicaments pharmaceutiques, d’autres ne sont que faiblement atténués par les traitements conventionnels. Les symptômes TGI comprennent souvent crampes, douleurs abdominales, inflammation des parois du petit et/ou du gros intestin, diarrhée chronique, saignements rectaux et perte de poids.

Les patients avec ces troubles rapportent fréquemment faire usage de cannabis thérapeutique contre divers symptômes, incluant les douleurs abdominales, les crampes abdominales et la diarrhée [1-9]. Selon les données d’une enquête publiée en 2011 dans l’European Journal of Gastroenterology & Hepatology, l’usage de cannabis pour soulager les symptômes est fréquent parmi les patients souffrant de SCI, particulièrement parmi ceux ayant un historique de chirurgies abdominales, de douleurs abdominales chroniques ou/et ceux qui ont une mauvaise qualité de vie en général [10]. Des données d’enquête plus récentes sur des patients atteints de colopathie fonctionnelle affirment: “Un nombre significatif de patients souffrant de colopathie fonctionnelle utilisent régulièrement du cannabis. La plupart des patients trouvent qu’il est très utile pour le contrôle des symptômes” [11].

Des études pré-cliniques démontrent que l’activation des récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2 exerce des fonctions biologiques dans l’appareil gastro-intestinal [12]. Les effets de leur activation dans des modèles animaux incluent la suppression de la motilité intestinale [13], l’inhibition des sécrétions intestinales [14], un reflux acide réduit[15] et une protection contre l’inflammation [16], tout en favorisant la cicatrisation épithéliale des tissus humains [17]. Les experts suggèrent que le système cannabinoïde endogène joue un rôle clé [18] et que les cannabinoïdes pourraient, en conséquence, se révéler bénéfiques contre les troubles inflammatoires comme la colite et les autres maladies digestives [19].

Les données de tests d’observation indiquent que l’usage de cannabis est associée avec une réduction de l’activité de la maladie de Crohn et des hospitalisation dues à la maladie. Les enquêteurs du Meir Medical Center, Institut de Gastroentérologie et d’Hépatologie ont évalué l’activité de la maladie, la prise de médicaments, la nécessité d’intervention chirurgicale et le taux d’hospitalisation avant et après usage de cannabis chez 30 patients ayant la maladie de Crohn. Les auteurs constatent que tous les patients ont déclaré que la consommation de cannabis a eu un effet positif sur l’activité de leur maladie et documentent des améliorations significatives chez 21 sujets.

Plus précisément, les chercheurs ont trouvé que les sujets qui consommaient du cannabis avaient diminué significativement leur besoin de prendre d’autres médicaments. Les participants de ce test ont aussi rapporté moins d’actes de chirurgie suite à leur consommation de cannabis. Les auteurs rapportent: “Quinze de ces patients avaient subi 19 interventions chirurgicales durant une période moyenne de neuf ans avant leur usage de cannabis, mais seulement deux d’entre eux ont dû recourir à la chirurgie durant une période moyenne de trois ans d’usage de cannabis.” Ils ont conclu: “Les résultats indiquent que le cannabis peut avoir un effet positif sur l’activité de la maladie, comme l’indique la réduction de l’indice d’activité de la maladie ainsi que la nécessité moindre de recourir à d’autres médicaments et à la chirurgie” [20].

Dans un test de suivi contrôlé par placebo, l’inhalation de cannabis a provoqué une diminution des symptômes de la maladie de Crohn chez des sujets ayant une forme de la maladie résistante aux traitements. Presque la moitié des participants à l’essai ont atteint un état de rémission de la maladie [21]. En revanche, l’administration de CBD par voie orale n’a pas démontré avoir un effet thérapeutique bénéfique chez des patients souffrant de la maladie de Crohn lors d’un essai contrôlé [22].

Se basant sur des preuves, une partie des experts sont maintenant persuadés que la modulation du système cannabinoïde endogène représente une nouvelle approche thérapeutique pour le traitement de nombreuses pathologies gastro-intestinales – incluant les maladies inflammatoires de l’intestin, les maladies fonctionnelles de l’intestin, les états de reflux gastro-oesophagiens, la diarrhée chronique, les ulcères gastriques et le cancer du colon [23-25]. 

Bibliographie / Références

[1] Gahlinger, Paul M. 1984. Gastrointestinal illness and cannabis use in a rural Canadian community. Journal of Psychoactive Drugs 16: 263‐265. 
(Maladies gastrointestinales et usage de cannabis dans une communauté rurale canadienne)

[2] Swift et al. 2005. Survey of Australians using cannabis for medical purposes. Harm Reduction Journal 4: 2‐18. (Enquête sur les Australiens utilisant du cannabis à des fins médicales)

[3] Baron et al. 1990. Ulcerative colitis and marijuana. Annals of Internal Medicine 112: 471. (Rectocolite hémorragique et cannabis)

[4] Jeff Hergenrather. 2005. Cannabis alleviates symptoms of Crohn’s Disease. O’Shaughnessy’s 2: 3. (Le cannabis soulage les symptômes de la maladie de Crohn)

[5] Bruce et al. 2017. Preferences for medical marijuana over prescription medications among persons living with chronic conditions: Alternative, complimentary, and tapering uses. Journal of Complimentary Medicine [online ahead of print].

[6] Rahman et al. 2017. Drug-herb interactions in the elderly patient with IBD: A growing concern. Current Treatment Options in Gastroenterology [online ahead of print].

[7] Storr et al. 2014. Cannabis use provides symptom relief in patients with inflammatory bowel disease but is associated with worse disease prognosis in patients with Crohn’s disease. Inflammatory Bowel Diseases 20: 472-480.

[8] Weiss and Friedenberg. 2015. Patterns of cannabis use in patients with Inflammatory Bowel Disease: A population based analysis. Drug and Alcohol Dependence 156: 84-89.

[9] Hasenoehri et al. 2017. Cannabinoids for treating inflammatory bowel diseases: Whare are we and where do we go? Expert Review of Gastroenterology & Hepatology 11: 329-337.

[10] Lal et al. 2011. Cannabis use among patients with inflammatory bowel disease. European Journal of Gastroenterology & Hepatology 23: 891‐896. 
(Usage de cannabis parmi les patients souffrant d’une maladie inflammatoire intestinale)

[11] Ravikoff et al. 2013. Marijuana use patterns among patients with inflammatory bowel disease. Inflammatory Bowel Diseases 19: 2809‐2814. 
(Usage de cannabis parmi les patients souffrant d’une maladie inflammatoire intestinale)

[12] Massa and Monory. 2006. Endocannabinoids and the gastrointestinal tract. Journal of Endocrinological Investigation 29 (Suppl): 47‐57. (Le tractus gastro-intestinal et les endocannabinoïdes)

[13] Roger Pertwee. 2001. Cannabinoids and the gastrointestinal tract. Gut 48: 859‐867. (Le tractus gastro-intestinal et les cannabinoïdes)

[14] DiCarlo and Izzo. 2003. Cannabinoids for gastrointestinal diseases: potential therapeutic applications. Expert Opinion on Investigational Drugs 12: 39‐49. 
(Les cannabinoïdes pour les maladies gastro-intestinales: applications thérapeutiques potentielles)

[15] Lehmann et al. 2002. Cannabinoid receptor agonism inhibits transient lower esophageal sphincter relaxations and reflux in dogs. Gastroenterology 123: 1129‐1134.
(L’agonisme du récepteur cannabinoïde inhibe la relaxation et le reflux transitoire du sphincter oesophagien inférieur sur des chiens)

[16] Massa et al. 2005. The endocannabinoid system in the physiology and pathophysiology of the gastrointestinal tract. Journal of Molecular Medicine 12: 944‐954. (Le système endocannabinoïde dans la physiologie et la pathophysiologie du tractus gastro-intestinal)

[17] Wright et al. 2005. Differential expression of cannabinoid receptors in the human colon: cannabinoids promote epithelial wound healing. Gastroenterology 129: 437‐453. 
Expression différenciée des récepteurs cannabinoïdes dans le colon humain: les cannabinoïdes promeuvent la cicatrisation des plaies épithéliales)

[18] Ahmed and Katz. 2016. Therapeutic use of cannabis in Inflammatory Bowel Disease. Gastroenterology & Hepatology 12: 668-679.

[19] Natfali et al. 2014. Cannabis for inflammatory bowel disease. Digestive Diseases 32: 468-474.

[20] Naftali et al. 2011. Treatment of Crohn’s disease with cannabis: an observational study. Journal of the Israeli Medical Association 13: 455‐458. (Traitement de la maladie de Crohn avec du cannabis: une étude observationnelle)

[21] Naftali et al. 2013. Cannabis induces a clinical response in patients with Crohn’s disease: a prospective placebo-controlled study. Clinical Gastroenterology and Hepatology 11: 1276‐1280. 
(Le cannabis provoque une réponse clinique chez les patients ayant la maladie de Crohn: Une étude prospective, contrôlée contre placebo)

[22] Natfali et al. 2017. Low-dose cannabidiol is safe but not effective in the treatment for Crohn’s disease, a randomized controlled trial. Digestive Diseases 62: 1615-1620.

[23] Massa and Monory. 2006. op. cit.

[24] Izzo and Coutts. 2005. Cannabinoids and the digestive tract. Handbook of Experimental Pharmacology 168: 573‐598. (Les cannabinoïdes et le tube digestif)

[25] Izzo et al. 2009. Non-psychotropic plant cannabinoids: new therapeutic opportunities from an ancient herb. Trends in Pharmacological Sciences 30: 515‐527. (Cannabinoïdes végétaux non-psychotropes: nouvelles opportunités thérapeutiques en provenance d’une herbe ancienne)

source : https://www.norml.fr/sante-prevention-rdr/portail-professionnels-de-sante/etudes-cliniques-et-precliniques/#TGI

Partage le savoir
error: Content is protected !!