Une étude menée par des chercheurs chinois et publiée le mois denier révèle que le cannabis pourrait agir en tant que protecteur de la barrière hémato-encéphalite, aussi appelée barrière sang-cerveau.

La barrière hémato encéphalique

Référencée dans l’étude comme Blood-brain barrier (BBB), la barrière hémato-encéphalique est la ligne de protection physiologique du cerveau contre les potentielles menaces extérieures. Constituée majoritairement de cellules endothéliales, la BBB sert de filtre entre le sang et le cerveau, afin que ce dernier puisse être alimenté sans recevoir d’agents pathogènes, de toxines ou d’hormones présents dans le sang, contre lesquels il serait incapable de se défendre.

Cette protection s’avère extrêmement importante mais représente un frein aux soins de certaines maladies, puisque les médicaments se retrouvent souvent éliminés par cette ligne de défense. La barrière hémato-encéphalique peut être endommagée par divers facteurs internes ou externes, représenter en elle-même une menace lorsque son fonctionnement est anormal ou encore s’avérer non-efficace face à certaines maladies comme le VIH, la sclérose en plaques ou certains cancers qui réussissent à se métastaser dans le cerveau.

De plus, une hémorragie ou un AVC peuvent causer une imperméabilité de la BBB, menant à des complications pouvant s’avérer encore plus graves que le problème initial.

Le cannabis et la BBB

C’est là qu’intervient le cannabis, ou plutôt le JWH 133, un cannabinoïde synthétique agissant en tant qu’agoniste des récepteurs CB2, les mêmes récepteurs sur lesquels se fixent le THC et le CBD. Les scientifiques chinois ont fait le choix d’utiliser ces molécules pour leur étude, qui montre les effets du cannabis (plus exactement de l’inhibition des récepteurs CB2) sur la barrière hémato-encéphale après une hémorragie.

Selon l’extrait de l’étude,

View the Original article

Partage le savoir
error: Content is protected !!