60 par sexe) ont été exposés à la consommation d’alcool dans le modèle (DID) sombre pendant 4 semaines (DID-1 à DID-4). Effets dose-réponse de la CDB sur la consommation d’éthanol ont été testés par aiguë (journée-4 de DID-3) ou répétés (jour-1 à 4 de DID-4) l’administration (l’expérience 1 : CBD 15, 30 et 60 mg/kg, i.p. ; expérience 2 : CDB 90 mg/kg, i.p.). Enfin, nous avons analysé l’expression du gène relative de la tyrosine hydroxylase (TH) et des récepteurs μ-opioïdes (OPRM1) et de la récepteur cannabinoïde CB1 (CB1 r) dans l’aire tegmentale ventrale (VTA) et dans le noyau accumbens (NAc), respectivement, par PCR quantitative en temps réel. Les femelles exposées apport plus élevé de l’éthanol au cours de chaque session DID. Fait intéressant, les femelles ont aussi expression plus élevée de TH et OPRM1, sans aucune différence dans l’affaire r CB1. Seulement l’administration aiguë de la CDB à la dose la plus élevée (90 mg/kg) réduit considérablement la consommation d’éthanol chez les deux sexes. Chronique CDB administration (30, 60 et 90 mg/kg) éthanol réduit l’apport chez les mâles, alors que chez les femelles, une réduction significative a été seulement réalisée avec la dose la plus élevée (90 mg/kg). Administration répétée avec la CDB (60 mg/kg) réduite significativement TH et OPRM1 chez les mâles. En outre, CDB (30 et 60 mg/kg) réduit significativement les CB1 r chez les mâles. Aucun effet a été observé chez les femelles. Pris ensemble, ces résultats suggèrent que la CDB peut-être être d’intérêt pour le traitement de modèles immodérée et que la différence entre les sexes peut-être affecter les résultats du traitement.

View the Original article

Partage le savoir
error: Content is protected !!