Sclérose Latérale Amyotrophique – SLA

La Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), connue aussi sous les noms de maladie de Lou Gehrig ou plus rarement maladie de Charcot, est un désordre neurodégénératif mortel caractérisé par la perte sélective de neurones moteurs dans la moelle épinière, le tronc cérébral et le cortex moteur. On estime qu’environ 30 000 Américains vivent avec la SLA, qui surgit souvent spontanément et affecte des adultes par ailleurs en bonne santé. Plus de la moitié des patients avec la SLA décèdent dans les 2.5 années qui suivent l’apparition des symptômes.

Actuellement, il y a une absence d’essais cliniques examinant l’usage des cannabinoïdes comme thérapie pouvant changer le cours de la maladie. Toutefois, des modèles précliniques indiquent que les cannabinoïdes peuvent ralentir la progression de la SLA, appuyant des rapports anecdotiques de patients disant que les cannabinoïdes pourraient être efficaces pour ralentir le développement de la maladie et soulager certains symptômes liés à la SLA tels que les douleurs, la perte d’appétit, la spasticité, la dépression et la salivation excessive [1].

Par exemple, les chercheurs du California Pacific Medical Center de San Francisco rapportent dans le journal Amyotrophic Lateral Sclerosis & Other Motor Neuron Disorders que l’administration de THC avant et après l’apparition des symptômes de la SLA contrait la progression de la maladie et prolongeait la survie des animaux par rapport à un groupe de contrôle non-traité [2]. Les chercheurs de l’Université de l’Arkansas ont rapporté que l’administration de l’agoniste cannabinoïde AM-1241 faisaient plus que doubler les taux de survie, par rapport aux groupes de contrôle. Les auteurs conclurent : « La magnitude de l’effet produit par un traitement d’AM-1241 initié au début des symptômes rivalise avec les meilleurs agents pharmaceutiques actuellement en notre possession, même avec ceux donnés préventivement » [3]. Une étude utilisant des extraits végétaux a aussi relaté un ralentissement de la progression de la SLA aux premiers stades de la maladie [4].

En conséquence, des experts en appellent à des essais cliniques pour évaluer l’efficacité des cannabinoïdes dans le traitement de la progression de la SLA. Une équipe de chercheurs publia dans l’American Journal of Hospice & Palliative Medicine : “En se basant sur les données scientifiques actuellement disponibles, il est raisonnable de penser que le cannabis peut ralentir significativement la progression de la SLA et potentiellement augmenter l’espérance de vie en réduisant substantiellement le fardeau global de la maladie.” Ils concluent: “Il y a une quantité énorme de preuves cliniques et pré-cliniques pour justifier le lancement d’un essai multicentrique randomisé, en double-aveugle, contrôlé par placebo, sur le cannabis comme un composé modifiant la maladie SLA ”[5]. En 2016, les auteurs d’une analyse dans le journal Neural Regeneration Research se sont faits l’écho de ces découvertes en déclarant: « Il y a des raisons valables de proposer l’usage des composants cannabinoïdes dans la gestion pharmacologique des patients souffrant de SLA [6].

Bibliographie / Références

[1] Amtmann et al. 2004. Survey of cannabis use in patients with amyotrophic lateral sclerosis. The American Journal of Hospice and Palliative Care 21: 95‐104. (Enquête sur l’usage de cannabis chez les patients souffrant de Sclérose Latérale Amyotrophique)

[2] Raman et al. 2004. Amyotrophic lateral sclerosis: delayed disease progression in mice by treatment with a cannabinoid. Amyotrophic Lateral Sclerosis & Other Motor Neuron Disorders 5: 33‐39. (Sclérose Latérale Amyotrophique: progression de la maladie retardée chez des souris traitées avec un cannabinoïde)

[3] Shoemaker et al., 2007. The CB2 cannabinoid agonist AM-1241 prolongs survival in a transgenic mouse model of amyotrophic lateral sclerosis when initiated at symptom onset. Journal of Neurochemistry 101: 87. (L’AM-1241, cannabinoïde agoniste du CB2, prolonge la survie dans un modèle transgénique murin de la sclérose latérale amyotrophique, quand administré dès l’apparition des symptômes)

[4] Moreno-Martet et al. 2014. Changes in endocannabinoid receptors and enzymes in the spinal cord of SOD1(G93A) transgenic mice and evaluation of Sativex-like combination of phytocannabinoids: Interest for future therapies in amyotrophic lateral sclerosis. CNS Neuroscience and Therapeutics 20: 809-815. (Changements dans les récepteurs endocannabinoïdes et les enzymes de la moelle épinière chez des souris transgéniques SOD1(G93A) et évaluation d’une association de phyto-cannabinoïdes similaires au Sativex: intérêt pour les thérapies futures de la sclérose latérale amyotrophique)

[5] Carter et al. 2010. Cannabis and amyotrophic lateral sclerosis: hypothetical and practical applications, and a call for clinical trials. American Journal of Hospice & Palliative Medicine 27: 347‐356. (Le cannabis et la Sclérose Latérale Amyotrophique: applications théoriques et pratiques, ainsi qu’une demande d’études cliniques)

[6] Giacoppo and Mazzon. 2016. Can cannabinoids be a potential therapeutic tool in amyotrophic lateral sclerosis? Neural Regeneration Research 11: 1896-1899. /Les cannabinoïdes peuvent-ils être un potentiel outil thérapeutique dans la sclérose latérale amyotrophique?)

source Norml.fr

Partage le savoir
error: Content is protected !!